S.O.S. compatibilité !

« Je voudrais tricoter le châle Birds of A Feather avec tes écheveaux de laine, c’est possible ?… »

« Est-ce que je peux faire les Moufles Automne avec l’alpaga DK ? »

Vous avez été quelques-unes à me poser des questions sur la compatibilité entre laine et modèle et cela m’a rappelé mes débuts en tricot, quand je cherchais à remplacer la laine originale par de la laine de mon stock, d’une autre qualité ou même de la laine moins chère 🙂

Je me demande si je n’ai parfois pas passé plus de temps à chercher -et éventuellement trouver- la laine idéale qu’à tricoter l’ouvrage en question…

Je vais donc évoquer aujourd’hui les principes généraux à avoir en tête lorsque l’on cherche à savoir si la laine que l’on a déjà ou que l’on voudrait acquérir conviendra à tel ou tel projet (attention, le post est un peu long !).

Généralement, la laine industrielle – ou même artisanale- contient 4 informations de bases qui vont vous aider à prendre une décision : puis-je tricoter le modèle X avec cette laine Y ?

Le premier élément à vérifier est le poids : la plupart des pelotes du commerce pèsent 50 g (hormis certaines comme le mohair par exemple qui pèsent généralement  25 ou 50 g) et la plupart des écheveaux en font 100.

Il peut déjà être intéressant de noter de combien de grammes en tout vous aurez besoin et si le modèle que vous avez choisi vous parle en nombre de pelotes ou d’écheveaux : par exemple, si votre pull nécessitera 10 pelotes de 50 g ou 5 écheveaux de 100 g.

Le deuxième élément important à prendre en compte est le métrage de la pelote ou de l’écheveau : il est souvent indiqué en mètre mais il peut parfois apparaître en yard, la mesure utilisée aux USA entre autres (dans ce cas-là, un outil de conversion comme celui-ci peut-être utile).

100g – 400 m (437 yds)

50 g – 112 m (122 yds)

Si vous prévoyez de tricoter des moufles qui nécessitent un écheveau de 100 g et 320 m et que vous avez 2 pelotes de 50 g et 100 m chacune (soit 200 m au total), il va vraisemblablement vous manquer quelques mètres à l’arrivée…

Le troisième élément est le numéro d’aiguilles : exprimé en mm ou en US, la taille anglo-saxonne. Par exemple, 5mm = 8 US (tableau de conversion sur ce blog).

Même s’il ne suffit pas à lui seul à valider la correspondance entre laine et modèle, le numéro d’aiguilles vous donne une indication non négligeable : si votre modèle se tricote en aiguilles 3,5mm et 4mm et que la laine que vous avez sélectionnée se tricote en 2,5mm-3mm, vous allez vous retrouver avec un ouvrage qui n’aura a priori pas les mêmes dimensions finales que l’original…

Il est parfois possible d’adapter mais cela demande un minimum d’expérience et quelques calculs… (amis de la règle de trois, bonjour !)

Enfin, le quatrième élément est l’échantillon : il indique combien de mailles et combien de rangs seront nécessaires pour obtenir un carré de 10cmx10cm (ou de 4 inch x 4 inch pour nos amis d’Outre-Manche/Atlantique/…), avec quel numéro d’aiguilles et dans quel point. Il se mesure toujours une fois qu’il a été lavé et bloqué.

Par exemple, 10 cm x 10 cm = 24 m et 36 rgs en aiguilles 3 et jersey endroit.

Il n’est pas toujours indiqué sur la laine, en revanche les patrons un minimum bien faits vous indiqueront toujours quel doit être votre échantillon.

C’est souvent une étape que les tricoteuses sautent (moi la première), jusqu’au jour où vous tricotez votre premier pull pour vous apercevoir à la sortie que vous n’avez pas utilisé la bonne taille d’aiguilles et que votre cardigan ressemble davantage à un gilet de la sécurité routière qu’au mignon petit gilet de la photo.

Si l’on peut s’en passer pour de petits accessoires (comme une écharpe ou un bonnet), cela vaut en revanche le coup de passer 20 minutes à tricoter un échantillon (si vous êtes un escargot comme moi) pour un ouvrage où vous passerez ensuite des dizaines d’heures.

L’échantillon est donc là pour vous aider 1/ à vérifier que votre laine se comportera  à peu près de la même manière que celle initialement prévue pour le modèle ; 2/ à tester votre façon de tricoter. Parce que bien sûr, il y a à peu près autant de façon de tricoter que de tricoteuses. La manière dont vous tenez vos aiguilles, passez votre fil, tirez dessus, votre technique, tout cela influence votre ouvrage et lui donne une texture, une élasticité, une souplesse (et au final des dimensions) qui n’appartiennent qu’à vous.

Cela peut vous permettre notamment d’ajuster votre choix d’aiguilles pour obtenir un échantillon équivalent.

Voilà déjà de quoi vous faire une première idée des choses à regarder avant de vous lancer…

Pour celles ou ceux qui voudraient aller plus loin, il est intéressant de noter que certains raisonnent aussi en terme de catégorie de fil : Lace, Fingering, Sport, DK, Worsted, Aran, Chunky-Bulky, Super-Bulky, qui correspondent à des épaisseurs de fil et sont souvent calculées en Wrap per Inch (WPI), une méthode utilisée par nos amis anglo-saxons -qui ne peuvent décidément rien faire comme tout le monde ;)…, pour classer la laine en fonction de sa grosseur.

Pour cela, on enroule le fil autour d’un petit objet (comme celui de la photo ci-dessous) au niveau de l’encoche prévue à cet effet (qui mesure 1 inch d’où le Wrap per Inch)  sans trop le serrer avant de compter le nombre de tours effectués => par exemple si vous avez effectué entre 19 et 22 tours, la laine sera classée dans la catégorie Fingering qui elle-même est associée à un ou plusieurs numéros d’aiguilles (la Fingering se tricotant généralement en 2,5-3,5).

Ce sont souvent les tricoteuses les plus expérimentées qui y font référence et il s’agit généralement d’une première base de référence avant de regarder de plus près métrage et poids.

Et si vous vouliez rajouter de la subtilité à tout ça, vous serez heureu(x)se de savoir que certains designers ne tricotent pas la laine avec leur numéro d’aiguilles traditionnels…  Par exemple, beaucoup de châles tricotés avec de la Fingering (donc originellement en utilisant des aiguilles 3mm ou 3,5mm) le sont en aiguilles 4mm, ce qui confère à l’ouvrage une belle fluidité et un joli tombé.

On peut aussi évoquer la composition et de la tenue du fil : lin, alpaga, mérinos, laine de pays, soie,…

Toutes ces matières ont un rendu, une souplesse ou un gonflant différents qui les rendent plus ou moins adaptés à certains projets : l’alpaga sera souvent utilisé pour des châles, d’une part à cause de sa douceur (un truc qui va autour du cou a souvent intérêt à être très doux), d’autre part de par sa souplesse.

Le mérinos, qui a une belle tenue et un joli gonflant, convient très bien aux gilets, pulls,… ainsi qu’à la layette.

Pour finir, une petite note concernant les « Ply » ou brins que l’on trouve parfois dans la description de certaines laines : il s’agit du nombre de brins qui composent un fil. Un fil à un seul brin est appelé « single » en anglais, parfois « célibataire » en français.

Attention, cela n’est pas nécessairement équivalent à la grosseur du fil : par exemple on trouve des laines Fingering (donc plutôt fines) avec 4 brins et des laines DK ou Bulky à seulement 1 ou 2 brins…

Sachez pour conclure qu’il est rare d’avoir tous les éléments correspondants entre laine et modèle et dans ce cas là… ben on arbitre. On prend un écheveau de plus ou de moins, on change de n° d’aiguilles , bref on s’adapte et on se prépare à faire et parfois à défaire…

Et maintenant, place à la pratique !

Pour illustrer mon propos, j’ai choisi le châle Birds of A Feather mentionné plus haut que je tricote en ce moment même. Dans la description du modèle, voici les informations que je trouve (je les ai traduites en français, parce que bon) :

Laine :

Laine A : 2 écheveaux de Skinny Singles par Hedgehog Fibres (100% Merino, 400 yds (366m) – 100 g), coloris Crybaby

Laine B : 1 écheveau de Kidsilk lace par Hedgehog Fibres (70% Kid Mohair / 30% Soie, 460 yds (421 m) – 50 g), coloris Crybaby
Et comme Andrea, sa créatrice, en plus d’être douée est aussi très sympa et pense à ceux qui vont utiliser d’autres laines que les siennes, elle fait une sorte de récapitulatif :
Ou approximativement 600 yds (549 m) – 150 g de laine fingering (Laine A) et 460 yds (421 m) – 50 g de laine lace kidsilk mohair (Laine B)
Aiguilles : Aiguilles circulaires 4 mm (US 6) de 80 cm (32″)
 
Echantillon: 19 mailles and 46 rangs = 10 cm (4 inches) tricoté en point mousse en laine fingering et mesuré après blocage

 

J’ai à ma disposition les laines suivantes :

° de l’alpaga DK (100g – 200m, aig 4mm)

° du baby alpaga fingering (100g – 400m,aig 2,5mm-3,5mm)

° du mérinos bio (100g – 350m, aig 3mm-4mm)

° du mérinos lace (100g – 715 m, aig 1,5mm-3mm)

En jetant un rapide coup d’oeil et en effectuant quelques essais d’échantillons qui correspondent à peu près (pas besoin d’être très précise, il s’agit d’un châle), j’ai sélectionné : 2 écheveaux de baby alpaga (ici coloris Melba) soit 200g et 800m (il m’en restera mais bon Andrea m’a prévenue, elle n’en a utilisé que 150g… et en plus pour le même poids, mes écheveaux ont davantage de longueur que ceux d’origine) et un écheveau de mérinos lace (coloris framboise) soit 100g et 715 m (là aussi il m’en restera… au moins je suis large).

Je sais que mon rendu sera différent : en remplaçant le mohair par du mérinos, je perds en volume et gonflant mais ça me va 🙂

J’arrive -enfin!- au terme de mon explication en espérant que cela vous ait éclairé(e) un peu…

A vous de jouer et bon tricot !


6 thoughts on “S.O.S. compatibilité !

  1. modimaginaire Répondre

    Merci beaucoup pour le partage de ton expérience avec cet article qui va beaucoup m’aider à m’y retrouver dans ma recherche de patrons et de laines.
    C’est un univers infini : c’est chouette mais c’est aussi sympa d’avoir quelques indications pour s’y retrouver !! 🙂

    1. Tricotencours_ Répondre

      Avec plaisir Maud ! J’ai réalisé en écrivant cet article combien le sujet était vaste ! Bonne exploration 🙂

  2. Marianne Répondre

    Ça fait 15 ans que je tricote et au début j’ai beaucoup bidouillé….j’aurais bien aimé trouver un article comme le tien ! Merci, parce que j’ai appris des choses que je ne savais pas.
    Et ceci dit en parlant du birds of….je vais le faire avec la kid silk grenat utilisée pour le paradis latin, et il faudra que je vois chez toi (……mais plus tard…) si tu as une couleur équivalente à de la vivacious 4/ply de fyberspates qui irait très bien. C’est trop top de t’avoir sous la main !!!!

    1. Tricotencours_ Répondre

      Merci Marianne ! On en apprend tous les jours et j’ai moi-même souvent l’impression d’être une débutante 🙂

  3. Balland Genevieve Répondre

    Géniales i formations ! Explications claires et pratiques et moi qui croyais savoir déjà beaucoup de choses, j’en ai encore appris…. Mille,mercis

    1. Tricotencours_ Répondre

      Merci Geneviève ! Je suis ravie si cet article a pu vous être utile ! 🙂

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *