Fighting for joy…

Protéger la joie : voilà bien une chose que je ne m’attendais pas à devoir faire dans le cadre de mon travail ; et ce d’autant que j’ai la chance de faire un métier issu de ma passion.

Je pensais que garder cette petite flamme allumée irait sans dire et voilà que je me retrouve la tête pleine de chiffres, de questionnements, de stratégie commerciale, de positionnement de marché et de seuil de rentabilité…

Heureusement, il semblerait que quelqu’un s’amuse à semer sur ma route ces petits cailloux  pour attirer mon attention sur ce qui est vraiment important.

Mon premier caillou s’est présenté sous la forme d’une magazine, WOODS, un petit bijou réalisé par deux passionnées de laine européenne avec lesquelles je partage ce désir de voir renaître un jour une industrie lainière locale florissante.

Et voilà que je respire, que je revis, que je touche à quelque chose qui me rend vivante, qui me donne envie de me lever tôt parce que je ne peux pas attendre de me lancer dans l’aventure.

Ma deuxième pépite à pris l’apparence d’un mail professionnel prodiguant quelques conseils pour les vendeurs en ligne à l’approche des fêtes, le genre de courrier qui finit généralement dans ma corbeille avant même d’avoir été ouvert.

Au fin fond de celui-ci, je tombe sur un article intitulé : Des espaces où il fait bon travailler : Hey Mama Wolf, interview d’une teinturière qui a trouvé dans un moulin désaffecté le lieu de production idéal pour ses magnifiques écheveaux de laine… et voici que je me trouve à nouveau projetée dans un univers qui me ressemble, où je me sens à ma place : tout m’y inspire, la nature, le calme, les couleurs, l’amour pour la matière, le souci de l’environnement,…

Le troisième signal, celui qui m’a permis de réaliser là où j’en étais, a fait suite à une conversation (deux en fait, la première avec une consoeur et amie puis celle avec mon cher et tendre) où je me suis entendue parler de mon sentiment d’être tiraillée entre tous mes projets, ceux qui me font vibrer et ceux qui me permettraient d’être rentable, d’avoir perdu de vue ma vision, de ne plus savoir par quel bout commencer… Et mon charmant interlocuteur de confirmer qu’il a bien vu depuis quelques temps que la petite flamme qui s’invitait lors de nos nombreuses conversations sur mon travail s’était rabougrie et que la joie y était moins présente.

Nous y voilà. Souffler sur les braises. Raviver la flamme. Mettre de l’huile sur le feu, en faire un brasier d’où se dégagent chaleur et lumière… Et continuer d’y balancer des bûches.

Protéger la joie.

Se souvenir. De ce qui nous fait vibrer et nous rend vivant.

La beauté des couleurs, la douceur de cette laine là, la sensation des aiguilles dans mes mains, le bonheur de réaliser quelque chose d’unique et de précieux, le temps passé à réaliser un ouvrage, le plaisir de partager cette expérience, la paix procurée par la solitude et la répétition…

Cultiver l’enthousiasme, garder le ressort intact, laisser de l’espace à la créativité et à l’émerveillement.

Transformer les tâches quotidiennes incontournables et pas toujours gratifiantes en opportunités d’apprentissage et de croissance.

Se laisser du temps et accepter que certaines choses -beaucoup même en fait- prennent du temps pour éclore, grandir et porter du fruit. Aimer le processus. L’embrasser.

Et être patient avec soi-même.

Dans ma bataille pour conserver ma joie, mon premier pas sera de revenir m’asseoir tout près de ce feu là et de m’y réchauffer les mains et le coeur…


8 thoughts on “Fighting for joy…

  1. Cindy Répondre

    Oh que tu n es pas seule à traverser cela! Vivre sa passion et vivre de sa passion sont deux choses très différentes parfois difficiles à conjuguer… Il faut continuer d y croire, d être téméraire, un peu folle aussi et surtout continuer d y mettre son coeur c est lui le moteur, c est lui qui fait toute la différence enfin je crois… Et puis parfois quand on flanche un peu c est bon de sentir que l on est pas seule et de se laisser revigorer par des amis, par des « collègues », par l être aimé…. Notre force notre énergie en tant qu entrepreneur vient il me semble pour moitié de nous et pour moitié de notre entourage…. Je crois que tu as tous les ingrédients qui te permettront d aller loin… 😉

    1. Tricotencours_ Répondre

      Un beau résumé Cindy… Merci de ton partage et de tes encouragements !

  2. Marianne Répondre

    C’est étonnant, c’est ce que je te souhaitais dans mon message d’anniversaire… Ce qui est merveilleux, c’est que tu ais vu ces petits cailloux. Moi j’apprends à être de plus en plus dans la gratitude et dans la joie:  » je déborde de joie et de reconnaissance pour la vie merveilleuse qui est la mienne », une de mes affirmations favorites, parce que oui on a des vies merveilleuses et qu’il est bon de s’en rappeler 💕.

    1. Tricotencours_ Répondre

      Oh que c’est vrai ! Oui à la reconnaissance ! 😉

  3. Sam Répondre

    Merci pour ce rappel… soooooo good 😉

    1. Tricotencours_ Répondre

      Haha ! And good to see you there too !

  4. […] où tout va trop vite. Cet amour du processus est joliment décrit par Céline, dans son article Fi... dimanchedepluie.fr/bilan-dune-premiere-annee-de-tricot
    1. Tricotencours_ Répondre

      Merci Laurie de ce retour si positif… Ravie de découvrir ton univers aussi et ce très joli blog. Je suis impressionnée par tes réalisations en tricot, en l’espace d’un an c’est plutôt spectaculaire ! Je te souhaite beaucoup de plaisir à tricoter en 2018…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *