Dans mes chaussettes

Les chaussettes en laine, c’est magique.

C’est doux, ça tient chaud sans faire transpirer et ça vous fait passer pour un génie du tricot.

Et c’est rapide à faire en plus.

Sauf les miennes, qui me prennent en moyenne entre 1 et 3 mois pour chaque paire.

 

C’est le genre de tricot dont je ne sais pas bien si j’aime ou si je trouve ça pénible… La seule chose dont je sois à peu près certaine étant que l’on ne s’arrête SURTOUT pas de tricoter une fois la première chaussette terminée si on veut être sûr de pouvoir un jour avoir le bonheur de posséder une paire comprenant deux éléments identiques.

C’est le genre de tricot que je démarre, que je pose, que je reprends quelques mois après et que je dois parfois recommencer parce que je ne me souviens plus où je me suis arrêtée et que j’ai la flemme de compter.

C’est le genre de tricot pour lequel je fais un échantillon, choisis ma taille et la taille de mes aiguilles, sans noter rien de tout cela bien sûr, et dois donc tout reprendre des semaines plus tard.

Honey Badger Socks en Cascade Yarns Socks Coloris Pink

C’est aussi, pour moi qui était plutôt une adepte des chaussettes unies et des teintes neutres, un étrange choix de couleurs et de textures : des trucs rayés, des couleurs pétantes, des motifs torsadés ou ajourés, en gros des choses qui ne me ressemblent pas. Ou plutôt qui m’enseignent quelque chose de moi même que j’ignorais jusqu’alors.

Les chaussettes, chez Tricot en Cours, c’est la prise de risque maximum.

La révolution commence à mes pieds et après tout rien d’étonnant quand on pense qu’il s’agit de se mettre en marche.

C’est dans mes chaussettes que je vis des aventures nouvelles, sors de ma zone de confort et m’élance sur des routes inconnues.

Les Chaussettes de la Schtroumpfette en Lorna’s Lace Sheperd Sock Multi

Je les tricote la plupart du temps avec quatre aiguilles (plutôt qu’avec des aiguilles circulaires), c’est donc toujours avec délicatesse que je me dois de les aborder si je ne veux pas avoir l’impression de me battre avec un porc-épic : ces chaussettes là sont exigeantes.

Elles demandent du temps, de l’attention, de la douceur et de la patience. Presque autant que ce qu’elles vont me rendre au quotidien, une fois terminées et mises au service de mes pieds.

Et ces chaussettes là ne sont jamais jetées. Quand elles commencent à présenter quelques signes de fatigue, elles sont réparées. Elles ne connaîtront jamais l’abandon ou le mépris parce qu’elles ont vieilli et n’ont plus la splendeur de leurs premiers jours…

Ce sont des chaussettes aimées. Tout à la fois pour ce qu’elles sont, pour ce qu’elles représentent et pour ce qu’elles font.

Parce qu’elles m’enseignent – encore !- la valeur du processus et de l’attente, la joie de posséder un objet intemporel et unique, le bonheur de rendre leur noblesse aux choses humbles.

My cup of Tea Socks en Holstgarn Highland coloris Lavender

Ne le dites à personne… mais je crois que mes chaussettes en laine sont magiques.


2 thoughts on “Dans mes chaussettes

  1. byveryvero Répondre

    Belle prose sur les chaussettes maison, finalement ce n’est pas rien, une paire de chaussette.
    Et c’est plus que de la prose puisqu’on peut y lire toute une leçon de vie !
    Va falloir que je m’y mette alors !! Tout ce que j’ai fait de ressemblant c’est la mini chaussette, autrement dit les chaussons de mes bébés !!!!

    1. Tricotencours_ Répondre

      Et c’est déjà pas mal !! 😉

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *