Challenge brioche… #3

… Ou la tragique histoire d’un Violet qui ne voulait pas l’être.

A quelques semaines de 2018, j’avais enfin terminé le filage de mes écheveaux pour mon challenge brioche de l’année : 350g et 1200m plus tard, j’étais prête.

Ou plutôt je me croyais prête.

Sauf que la matière, elle, en avait décidé autrement. On pourrait penser que le processus de la teinture est simple, mathématique et que l’affaire aurait suivi son cours. Il n’en fut pas ainsi.

Mais revenons un peu en arrière, à cet instant précis où innocemment, j’avais choisi, pour réaliser mon projet de châle brioche, d’associer trois individus qui selon moi s’entendraient à merveille : Cochenille (un joli rose fuschia), Campêche (un violet mauve profond) et Garance (un bel orangé lumineux).

Triomphante, sereine même dans mon choix, je m’attelais à ce dur labeur et passait des heures à filer ce qui allait être la réalisation d’une vie (enfin d’une année déjà, n’exagérons rien).

Tout se déroulait comme prévu : Cochenille, comme à son habitude, rosissait, émue à l’idée d’avoir été choisie, Garance révélait peu à peu sa personnalité, semblable au soleil qui se lève, promesse d’un nouveau jour, quant à Campêche…

Eh bien Campêche me trahit. Il cacha superbement son jeu d’abord, prétendant pendant tout son filage être Violet. Ce n’est que lorsque j’eus terminé mon oeuvre, satisfaite de moi-même qu’il entamât sa métamorphose. Ce fût subtil d’abord, alors que je le trempais délicatement dans une eau ni trop chaude ni trop froide. Par touches légères, qui auraient pu passer inaperçues pour quelqu’un qui n’a pas l’oeil, il commença à foncer, osant des couleurs jusque là inexplorées.

Mais alors que le temps passait, à mesure que les rinçages se succédaient, il prit confiance et se lança dans une ultime tentative pour devenir… Bleu.

Il y eut des cris, il y eut des larmes, il y eut des supplications et j’allais même, dans un sursaut de désespoir, jusqu’à le jeter dans un bain d’eau vinaigrée, poussée à cette dernière extrémité pour obtenir gain de cause.

Rien n’y fit : Campêche, tel un papillon sortant de sa chrysalide, avait achevé sa transformation et entendait vivre sa destinée de Bleu encre profond, sans demander son avis à personne.

« Et moi dans tout ça ? lui dis-je. As-tu pensé à moi ? J’avais des projets pour nous, j’allais réaliser quelque chose de somptueux, qui aurait du sens, du panache même… On t’aurait admiré, touché, envié peut-être… Pourquoi a-t-il fallu que tu n’en fasses qu’à ta tête ? »…

J’étais à deux doigts de renoncer… quand Grenade, d’un coin de l’atelier, s’est rappelée à moi : « Hé ho ! Par ici… Sur l’étagère… Tu te souviens ? Tu avais prévu de m’utiliser et tu pensais que je ne ferais pas l’affaire… Eh bien, je suis toujours là… Si Bleu ne veut pas faire partie de l’aventure, j’en rêve moi ! Donne-moi ma chance et je ne te décevrai pas. »

Ah Grenade, si tu savais ! Tu as su trouver les mots pour rassembler les morceaux de mon coeur brisé et rendre à mon existence le sens qui lui manquait.

Cochenille et Garance t’ont accueillie comme une soeur et tu as rapidement trouvé ta place dans ce trio, avec toute l’humilité qui te caractérise.

Quant à Bleu, eh bien je ne suis pas restée fâchée longtemps contre lui : à la réflexion, il fait un Bleu magnifique et avec le temps, je suis parvenue à la conclusion qu’il vaut mieux un Bleu épanoui qu’un Violet contrarié. J’attendrais d’avoir trouvé le projet parfait pour lui, le laissant dans l’intervalle jouir de sa nouvelle identité.

Et Naturel, me direz-vous, comment a-t-il vécu la chose ? Plutôt très bien en fait. Il faut dire qu’il a un don : Naturel s’accommode de tout et accepte avec simplicité la vraie nature des autres. Il sait les mettre en valeur sans que cela n’enlève rien à la sienne. Il ne connaît pas la rivalité, juste la complémentarité. Il ne se compare pas, n’a pas besoin d’écraser les autres pour exister.

Naturel est.

Et moi… je suis heureuse d’être le maître d’orchestre. Cette aventure, quoique douloureuse, m’a permis de comprendre que mon travail consiste à aider chacun à trouver sa place, à révéler sa vraie couleur, à réaliser sa destinée en quelque sorte.

Ce qui m’amène à penser que je vais changer le titre de mon article après tout :

Challenge Brioche #3… ou la belle histoire d’un rêve réalisé.

 


2 thoughts on “Challenge brioche… #3

  1. Daphné Répondre

    Poétique ! Ce fut un régal de te lire ! Bises

    1. Tricotencours_ Répondre

      Merci Daphné ! 🙂

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *